Chapeaux bas ! #6 – Synthèse

Les membres de RamDam s’approprient la méthode des 6 chapeaux de Bono (une couleur = un point de vue) pour répondre ensemble à une problématique traversée par l’un d’entre eux.

#6ème épisode : Déménager une compagnie, repartir à zéro ? Bien implantée et reconnue sur l’île de la Réunion, La Ravine Rousse a déménagé juste avant la crise sanitaire. Comment rebondir face aux nombreuses dates de diffusion annulées ? Et comment résoudre les difficultés de reconnaissance de la compagnie sur ce nouveau territoire ?

Les Faits

la Réunion, la compagnie a rapidement constitué son réseau et acquis une reconnaissance des acteurs du territoire. Il y a 3 ans l’équipe a décidé de déménager dans le sud de la Gironde. Elle est donc repartie à zéro en termes de contacts et d’identification de son travail.

Néanmoins, la compagnie a rapidement été repérée par le département de Gironde pour le programme Scènes d’été en Gironde qui déploie une importante communication autour de l’événement. Mais l’arrivée de la Cie s’est faite en pleine crise du Covid, qui a bouleversé sa visibilité par des annulations à répétition ou des événements à faible jauge.

Emotions

C’est une situation complexe et partagée par de nombreuses équipes artistiques ! La crise du covid a entraîné de sérieux problèmes d’embouteillages… De plus, il n’est pas facile pour la compagnie de se faire connaître sur un nouveau territoire dans ce contexte particulier.

La Compagnie a cependant une très belle culture ultra-marine à valoriser et qui sera appréciée par de nombreux lieux ou festivals !

Obstacles

Il s’agit d’une situation partagée par de nombreuses équipes artistiques du réseau et de la filière. L’année 2020, marquée par la crise sanitaire a invité les équipes artistiques à prendre ce temps pour créer. Cependant, la plupart de ces créations rencontrent des difficultés de diffusion et n’ont pas encore pu être montrées.

Aujourd’hui, il existe beaucoup de normes à respecter pour le jeune public et des annulations persistent, ce qui laisse peu de temps aux compagnies pour se retourner : Comment montrer son travail ? Y a t-il d’autres formats de diffusion pour ne pas laisser à l’abandon ces créations ?

Créativité

La compagnie a matière à diffuser : de la communication sur l’actualité de la compagnie et du temps seront nécessaires. Il est difficile de réinvestir du temps et des moyens pour de nouvelles créations. L’important est donc de se concentrer sur l’ existant.

Mais une « re-création » du spectacle avec une dimension participative (élèves d’ école de musique par exemple) pourrait relancer une dynamique. L’action culturelle est un moyen de s’inscrire plus durablement sur un territoire. Cela permet de rencontrer ses acteurs et contribue à faire (re)connaitre son travail.

« création » et « action culturelle » pourraient être considérées comme les deux jambes indispensables à la mise en marche !

Organisation

La compagnie ne doit pas hésiter à se rapprocher des réseaux professionnels, qui sont aussi un moyen de se faire connaître et d’être en relation avec les acteurs de la filière. Par exemple, les salles de musiques actuelles peuvent être considérées par l’équipe comme des espaces de diffusion potentielle.

Dans le cadre d’un projet de création participative, la compagnie pourrait candidater au Fonds Musical pour l’Enfance et la Jeunesse créé par les JM France. La compagnie propose un répertoire musiques du monde qui suscite un fort intérêt pour de nombreux lieux et festivals défendant la diversité artistique et culturelle dans leurs programmations.

Optimisme

L’activité culturelle est en pleine relance, ce qui va aider la compagnie à rebondir. De plus, l’équipe doit conserver son dynamisme pour imaginer de nouveaux projets ou mettre en valeur ses projets existants (par la vidéo par exemple ?).

La compagnie propose des spectacles inédits en métropole, qui pourront constituer en 2022 une première matière à dévoiler avant de se concentrer sur de nouvelles créations.

1080 1080 RamDam
Partage
Saisissez votre recherche